Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 20:50

    Les Goncourt en mars 1861

 

 L'aîné Edmond de Goncourt naît à Nancy en mai 1822 et Jules son cadet de huit ans naîtra à son tour pendant les troubles politiques de 1830. Mais très vite, leurs proches disparaissent :  le père meurt alors qu'il sont tout jeunes et deux ans après, leur soeur est emportée par le choléra. En 1848, c'est au tour de leur mère de rejoindre son mari et sa fille. Edmond se sentira alors responsable de son jeune frère, « Ma mère, sur votre lit de mort, vous avez mis la main de votre enfant chéri et préféré dans la mienne, en me recommandant cet enfant avec un regard qu’on n’oublie pas. » dira-t-il avec émotion.

   La maison d'Auteuil

 Leur seule consolation, c'est de pouvoir abandonner un travail qu'ils ne prisent guère pour vivre assez confortablement de leur héritage et se consacrer pleinement à leur passion : l’art et la littérature. En fait, touche-à-tout des arts, ils s'essayent à différente formes d'arts,  le dessin et l'aquarelle, les techniques de l’eau-forte et de la gravure, s'improvisent tour à tour antiquaires -Edmond est un incorrigible collectionneur- historiens, journalistes et enfin...  romanciers.

 

 JPEG - 30.5 ko  

 

Le berceau familial

Le village de Goncourt    
 

 Goncourt est d'abord un village de Haute-Marne, "entre Champagne et Lorraine, sur les bords de la Meuse, c'est là que les frères Goncourt puisent leurs racines et passèrent toutes leurs vacances de jeunesse. La Papeterie acquise en 1786 par leur arrière grand-père, témoigne de ce passé familial à Goncourt et dans la commune voisine de Bourmont. C'est dans ce chef-lieu de canton qu'ont vécu leurs aïeux  Jean-Antoine Huot de Goncourt (1753-1832) qui sera magistrat de la Sûreté Impériale à Neufchateau, ses deux fils Pierre-Antoine Huot de Goncourt (1783-1867), officier d'artillerie sous l'Empire et député des Vosges aux Assemblées Nationales de 1848 et 1849, et Marc-Pierre Huot de Goncourt, père d'Edmond et de Jules. Les deux frères firent de nombreux séjours de 1834 à 1878 chez leurs cousins Labille à Bar-sur-Seine, qu'ils évoquent dans leur journal.

 

 Les deux frères se rendirent aussi souvent en vacances chez leur oncle qui habitait une superbe demeure du XVIIIème siècle, appelée maintenant La maison des Goncourt, située au n°2 de la place Jeanne d'Arc dans la petite ville de Neufchâteau dans les Vosges. 

 

       

La maison de Bar-sur-Seine                                La maison de Neufchâteau

 

Le Grenier des Goncourt à Paris XVIème

En 1868, à la recherche d’un peu de calme et de verdure, Les frères Jules et Edmond de Goncourt quittèrent la rue Saint-Georges dans le 9ème arrondissement pour aller s'installer dans la maison d’Auteuil située Boulevard de Montmorency. [1] Celle qu'on appela La maison des Goncourt  [2] se présentait comme un salon de peinture car chaque pièce correspondait à une collection spécifique. Edmond en fait le tour du propriétaire dans son livre La maison d’un artiste paru en 1880 avec grand souci du détail. [3]

 

 C'est un petit hôtel particulier sans confort les premiers temps, avant qu'ils fassent exécuter des travaux. Ils espèrent y trouver le calme au milieu de leurs œuvres d'art, notamment des bronzes japonais et des porcelaines de Chine. Le petit salon, tendu d'andrinople rouge, contenait des dessins, des lavis, des aquarelles d'Oudry, de La Tour, de Boucher, de Watteau et d'Hubert-Robert et Le grand salon, des terres cuites de Claudion. La salle à manger, permettait d'exposer des bronzes du XVIIème, l’escalier des albums japonais, le cabinet de toilette des porcelaines de Saxe et le boudoir, des tapis persans. Ils feront ensuite aménager le second étage pour exposer toutes leurs collections et recevoir le dimanche après-midi la brillante société littéraire formée notamment d'Emile Zola, Alphonse Daudet, Guy de Maupassant, Huysmans, Théophile Gautier, habitués du fameux grenier des Goncourt.

 

 Jules n’en profitera pas beaucoup puisqu'il meurt  de maladie en  1870, Edmond lui survivant jusqu'en juillet 1896, victime d'un bain trop froid, dans les bras d’Alphonse Daudet à Champrosay dans l'Essonne. [4] Il faudra attendre la vente de la maison et la première réunion le 26 février 1903 des sept premiers membres du groupe, Huysmans, Octave Mirbeau, Léon Hennique, Gustave Geffroy, les deux frères Rosny et Paul Margueritte,  dans un salon du Grand Hôtel, près de l’Opéra [5] pour que naisse L'Académie Goncourt et son célèbre prix.

 

 Notes et références

[1] au 53 de l'avenue de Montmorency, devenu aujourd’hui le numéro 67

[2] La maison est devenue le siège de la Maison des écrivains et de la littérature (Mel), qui a pour vocation de fédérer les écrivains et de les représenter, de les défendre et, à travers eux, de promouvoir la littérature.

[3] Les chapitres ont pour titre: Le Vestibule, La salle à manger, les salons, l’Escalier, le Cabinet d’Extrême-Orient

[4] Acquise quelques années après le mariage d’Alphonse Daudet avec Julia Allard, originaire de Draveil, la maison de Champrosay est le lieu de villégiature estivale de prédilection de l'écrivain

[5] Rejoints plus tard par Léon Daudet, Élémir Bourges et Lucien Descaves

 

  

L'un des premiers déjeuners chez Drouant en 1926 avec notamment les frères Rosny (à droite, debout et assis)

 

Voir aussi

* Magazine littéraire        La maison des Goncourt 

 * Terre des écrivains et les Goncourt : La maison de l'avenue de Suffren, La crèmerie de la rue Saint-Georges

 

 << Christian Broussas - Les Goncourt - 15 avril 2013 <<< © cjb © • >>

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Jacques Frachet culture
  • : Articles sur des thèmes littéraires et historiques
  • Contact

Recherche

Liens