Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 18:33

Brassens, Brel, Ferré - Trois voix pour chanter l'amour est un récit sur la rencontre entre les chanteurs Georges Brassens, Jacques Brel et Léo Ferré à l'occasion d'une émission radiophonique, écrite par Michel J. Cuny et Françoise Petitdemange.


C'est le 6 janvier 1969 à Paris qu'eut lieu une rencontre exceptionnelle entre les chanteurs Georges Brassens, Jacques Brel et Léo Ferré. Cette émission a donné lieu dans un premier temps à une retranscription effectuée par François-René Cristiani et Jean-Pierre Leloir.


 . Brassens Brel Ferre1.jpg .     Brassens Brel Ferre2.jpg

 

Voilà quelques exemples de réponses faites par Georges Brassens aux questions qu'on lui a posées :

  • À ce constat « Vous êtes tous les trois dans la célèbre collection " Poètes d’aujourd’hui" … », Brassens répond : « On n’est pas les seuls. Et pis ça ne veut pas dire grand-chose, cette façon de compartimenter… . »
  • À la question « Vous prenez-vous pour un poète ? », Brassens répond : « Pas tellement, je ne sais pas si je suis poète, il est possible que je le sois un petit peu, mais peu m’importe. Je mélange des paroles et de la musique, et puis je les chante. »
  • À la question « La chanson est-elle un art, selon vous ? Un art majeur ou un art mineur ? », Brassens répond : « Eh oui, c’est tout a fait différent de ce qu’on appelle couramment la poésie, qui est faite pour être lue ou dite. La chanson c’est très différent. Même si des types comme Ferré ont réussi à mettre des poètes en musique, comme Baudelaire, il est difficile d’utiliser la chanson comme les poètes qui nous ont précédés utilisaient le verbe. Quand on écrit pour l’oreille, on est quand même obligé d’employer un vocabulaire un peu différent, des mots qui accrochent l’oreille plus vite… Bien qu’on l’aie aussi avec le disque, le lecteur a plus facilement la possibilité de revenir en arrière… [...] Autrefois on chantait. Quand un type faisait une chanson, les gens se la passaient, se l’apprenaient et se la chantaient. Ils participaient, ils avaient des cahiers de chansons… Aujourd’hui, le public est devenu plus passif. »
  • À la question : « Avez-vous jamais fait autre chose que d’écrire, de composer ou de chanter, et cela vous a-t-il servi dans votre métier de chanteur ? », Brassens répond : « On a vécu, quoi. Mais, en fait, on a toujours fait des chansons. »
  • Sur le cinéma et le travail en équipe, Brassens constate : « Je ne sais pas non plus faire cela, très sincèrement… Je ne sais pas. [...] Je ne crois pas que ce soit le travail d’équipe, ou quoi que ce soit d’autre, qui apporte ou n’apporte pas quelque chose de plus… Un type aime jouer la comédie ou il n’aime pas. Moi, je n’aime pas ça, mais je n’ai rien contre le travail d’équipe. Le film que j’ai fait, Porte des Lilas, je l’ai fait avec des copains comme Brasseur, Bussières, ça marchait très bien. Ils ne me gênaient pas. Je ne les gênais pas. Ce que je n’aime pas, c’est le côté technique, mécanique ; pas plus que ce micro que vous nous avez foutu sous le nez !. »

Brassens Brel Ferre3.jpg

Informations complémentaires

Bibliographie

Voir aussi

  • Hervé Bréal, Brassens de A à Z, éditions Éditions Albin Michel, 2001, isbn 2-226-11117-4

Notes et références


Liens externes

<< Christian Broussas - Feyzin, 13 novembre 2012 - << © • cjb • © >> 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Jacques Frachet culture
  • : Articles sur des thèmes littéraires et historiques
  • Contact

Recherche

Liens