Du fait divers à la fresque sociale

 

Référence : Florence Aubenas, L’inconnu de la poste, Éditions de l’Olivier, février 2021

 

Florence Aubenas l’appelle  « le routard immobile, » n’aimant pas trop s’éloigner de son territoire, même s’il se balade parfois  pour les besoins de son métier (épisodique) d’acteur ou pour rendre visite à Corinne son ex qui habite à Rochefort. Ce Thomassin est un enfant de la DDASS que le cinéma ne parviendra pas à sauver, qui connaîtra un parcours chaotique de marginal entre drogue, alcool et RSA, avec ses deux copains de débine Tintin et Rambouille, « on était les Dalton » diraTintin, et ferait un excellent gibier de potence. Un homme « attachant et décourageant » comme le décrit le cinéaste Jacques Doillon, qui l'a bien connu.

 

                   

 

Ce livre n’est pas la biographie de Gérald Thomassin, précise-t-telle, même s’il y joue le rôle principal, c’est l’histoire d’un meurtre à Montréal-La Cluse, village du nord de l’Ain, entre Oyonnax et le lac de Nantua,  la capitale historique du Haut-Bugey, dans ce qu’on a appelé "la vallée du plastique", en crise depuis plusieurs années.
Elle lui a rendu visite à sa sortie de prison et rapidement se prit au jeu.

C'est l'histoire d'une famille, un mari e qui va fuir ce drame avec leur fillette, son père, un notable dont l'univers s'est écroulé, animé par la vengeance, persuadé de la culpabilité de Thomassin.

 

C’est aussi l’histoire de ces villageois qui sont passés de l’agriculture à l’industrie du plastique,  de la bande de copines de Catherine Burgod, les deux potes de Thomassin qui traînaient avec lui, pris entre alcool et drogue, les derniers fermiers du village vivant tous les trois, retirés sur leurs terres avant de tout laisser tomber.

 

"L’Affaire", c'est le meurtre mystérieux de Catherine Burgod, tuée de vingt-huit coups de couteau dans le bureau de poste où elle travaillait. Florence Aubenas a mis sept ans pour reconstituer l’écheveau de ce fait divers, le climat d’un village de montagne où tout le monde se connaît, bouleversé par cette incroyable nouvelle : le meurtre d’une fille et femme de notables qui avait comme on dit, tout pour être heureuse et finit victime d’un crime que rien n’explique.

 

                   

 

L’enquête, malgré des investigations poussées, patine. Les enquêteurs n’ont guère de sérieux qu’une empreinte ADN qui ne "matche" pas comme ils disent, malgré les nombreux tests réalisés.   Même les "cadors" venus de Lyon se révèlent impuissants à élucider cette affaire. Les pistes classiques des proches et de la famille n’ont rien donné et il ne reste guère que les trois marginaux.

 

Tout oppose Catherine Burgod la victime et Gérald Thomassin le présumé coupable. Catherine est la petite fille gâtée qui malgré les apparences, ne trouve pas dans sa vie ce qu’elle y cherche obscurément et aboutira à deux tentatives de suicide. Gérald a toujours été traumatisé par ce père absent et cette mère qui ne lui a jamais rien apporté de bon. Ses succès au cinéma n’y ont rien fait, il porte en lui une fêlure où la réalité du quotidien n’a pas sa place. Ce sont ces blessures secrètes que la vie leur a infligées qui relient ces deux êtres.

 

Florence Aubenas nous entraîne dans un de ces univers dont elle a le secret dans une bouffée d'humanité et un climat délétère de crime, préférant s'intéresser aux êtres plutôt qu'au déroulement de l'enquête.
Reste ces deux questions essentielles : le comptable arrêté grâce à son ADN est-il réellement coupable, qu'est devenu Gérald Thomassin, disparu juste avant l'ultime confrontation et jamais réapparu depuis ?

 

Voir aussi ma fiche
Florence Aubenas, Le quai de Ouistreham --
Joseph Ponthus, A la ligne, Feuillets d’usine --

------------------------------------------------
<< Ch. Broussas, Aubenas Poste 24/04/2021 © • cjb • © >
------------------------------------------------