Ce thème, basé sur l'influence de Millet sur Van Gogh, rappelle la très belle exposition qui s'était tenue au musée d'Orsay en 1998-99, qui mettait en valeur la belle collection du musée, complétée en l'occurrence par quelques prêts d'autres musées. On peut aussi se procurer le superbe livret de l'exposition, intitulé simplement Millet Van Gogh : Exposition Musée d'Orsay, 181 pages, publié aux éditions Rmn. (Réunion des musées nationaux)

 


Jean-François Millet (1814-1875)  et Vincent Van Gogh (1853-1890)


Vincent Van Gogh alors âgé de 22 ans découvrit un jour des tableaux de Jean-François Millet  et ce fut pour lui une révélation.
Jean-François Millet sera alors pour le jeune peintre un guide et une référence, écrira son frère  Théo Van Gogh dans l'une de ses lettres.

 


La sieste : Millet 1866 et Van Gogh 1889

 

Si Van Gogh a donné plusieurs versions du Semeur, et il a aussi copié de nombreuses œuvres de Millet parmi lesquelles on peut citer Soir d’hiver, La Fin de la journée, Hiver, la plaine de Chailly, La Tonte du mouton, Le Batteur

 

         
Van Gogh, d'après Millet : La fileuse et Les sarcleuses

 

Au cours de l'automne et de l'hiver 1889-1890, alors qu'à la suite de l'épisode de "l'oreille coupée", Van Gogh se trouvait à l'asile de Saint-Rémy, il peindra vingt et une copies d'après Millet, qu'il admirait particulièrement.
Ce travail de copie il le concevait comme des improvisations, des libres interprétations qu'on pourrait comparer à un travail d'un musicien jouant la partition d'une œuvre
écrite par un autre compositeur.

 

         
Les tondeurs de moutons : Millet 1852 et Van Gogh 1889

 

Van Gogh n’a pas tout de suite révélé qu'il réalisait des copies de Millet, contrairement à Delacroix qui l’avait fait pour Rubens, Manet , Degas et Vélasquez.  “Certains sont copiés d’autres pas, j’ai commencé par hasard, puis j’ai appris et me suis inspiré de ce compagnonnage " disait-il.
 Van Gogh a commencé à copier des peintres comme Delacroix, Rembrandt, Doré, puis il passa progressivement à Millet.

 


Les premiers pas : Millet 1853 et Van Gogh 1890

 

Van Gogh, tenta d'atteindre  par huit fois le niveau du semeur de Millet mais finit par abandonner comme son frère Théo le lui avait suggéré.
Je quitte parce que je n’arriverai jamais à la hauteur du semeur”. Par cette réflexion, on peut mieux mesurer le perfectionnisme de Van Gogh.

 

       
La femme au râteau : Millet 1854 et Van Gogh 1889

 

Le musée d'Orsay possède de nombreuses œuvres que Van Gogh a consacré à Millet. Pour une exposition organisée sur ce thème, il a même fait venir à Orsay La Sieste (1889-1890), peinte d’après la gravure Midi de la série Les Quatre Heures du jour (gravées sur bois de 1858 à 1860 par Adrien Jacques Lavieille d’après Millet), de Saint-Pétersbourg Matin, couple de paysans se rendant au travail (1890) et de Komaki, au Japon, Soir, la fin du jour (1889-1890).

 


Sur la route du travail : Millet 1855 et Van Gogh 1890

 

Dans l'esprit de Van Gogh, copier permettait aussi de produire une œuvre de facture nouvelle, et on mesure bien cette différence en comparant les tableaux composés sur le même thème, les couleurs beaucoup plus vives de l’impressionnisme mises en parallèle avec  les couleurs sombres d'un classique comme  Millet.

 

       
Le semeur : Millet 1850 et Van Gogh 1881

 

On peut ainsi constater qu'un même thème peut être traité de façon fort différente selon la technique utilisée et l'idée que se fait le peintre de l'esthétique. En ce sens, il est également représentatif de son époque et des tendances qu'elle représente et dont elle est l'expression.

 

   
Les travailleurs de la terre : Millet 1854 et Van Gogh 1889

 

On peut noter que Van Gogh a réalisé assez tard ces différentes ont été réalisées, centrées sur les années 1889-90, ce qui signifie sans doute qu'il est en pleine réflexion sur sa façon de peindre et de concevoir.

 

       
Le bûcheron : Millet 1856 et Van Gogh 1889

 

Les toiles qu'il peint sur le modèle de Millet ne comptent pas parmi ses œuvres les plus connues, elles représentent le plus souvent des personnages pris dans leurs tâches quotidiennes, alors que Van Gogh a peint beaucoup de paysages.

 


Van Gogh, d'après Millet : la bergère, Le faucheur à la faucille et La lieuse de gerbes

 

l'exception est sans doute celle sur La nuit étoilée qui  montre bien le rapport qu'il pouvait avoir avec son sujet, ici Nuit étoilée sur le Rhône, très différente de son autre tableau intitulé Nuit étoilée qu'il peindra l'année suivante et et qui est très représentatif de l'évolution de son style pendant la période où il résidera à Saint-Rémy de Provence.

 

 
La nuit étoilée : Millet 1860 et Van Gogh 1888

 

Voir aussi
* Millet, peintre de la condition humaine --

--------------------------------------------------
<< Ch. Broussas, Millet-Van Gogh 18/12/2020 © • cjb • © >>
--------------------------------------------------