La visite de Limoges est quelque peu difficile puisqu’elle n’a pas un seul centre ville mais plusieurs. Cela tient au fait que la ville s’est constituée d’abord vers les rives de la Vienne puis, sans doute pour des raisons de sécurité,  sur la colline où avait été érigé un vaste château défensif aujourd’hui disparu, d'où le nom de ce quartier.  

 

   
Deux espaces emblématiques : place Saint-Michel et gare des Bénédictins

 

Par la suite, la ville moderne s’est constituée au pied de cette colline, dans une plaine qui lui a permis de s’étendre largement dans cette direction, au-delà de la gare des Bénédictins et limitée par les communes de Couzex, de Panazol et de Feytiat.

 

            
Aquarelle, Rue de l'abbessaille       Notre hôtel vers la gare

 

Le quartier de la cité
Noyau initial de Limoges, le quartier de la Cité s’est développé autour de la cathédrale Saint-Étienne et du palais de l’évêché, dominant les rives de la Vienne et ses deux ponts romains Saint-Martial et Saint-Étienne.

 

          
Maisons à colombage de la rue Haute-Cité     Le souterrain de la rue de la Règle

 

Au-delà de ces deux édifices emblématiques de la ville, un autre site très intéressant situé autour de la rue de la Règle et comprend la Cité des métiers et des arts, le souterrain de la rue de la règle.

 

         
La Cité des métiers et des arts

 

On peut aussi se promener dans les rues anciennes autour de la cathédrale, admirer par exemple les maisons à colombage de la rue Haute-Cité ou des curiosités comme la maison penchée ou la sculpture L'Alanguie de Pierre Digan.

         
        La maison penchée                                     Pierre Digan  L’alanguie

 

Les rives de la Vienne ont été aménagées en coulée verte, promenade publique qui s’étend sur plusieurs kilomètres et offrent aussi l’intérêt de communiquer avec deux autres espaces, le parc d'Auzette et les jardins de l'Évêché.
Rive gauche, on peut cheminer jusqu’à la commune voisine de Panazol et rive droite, on peut traverser le quartier Sainte-Félicité, au niveau du pont Saint-Martial.

 

         
  Vue de La Cité Haute                             Les rives de la Vienne vers le viaduc

 

Le quartier du Château - Autour des halles

La fresque Cobaty aux halles (place de La Motte)
Sur la place des Halles, en fait place de La Motte, l’œil est rapidement attiré par l’immense fresque qui fait face au bâtiment des halles centrales. Elle se présente en plusieurs parties, englobant les immeubles de la partie droite de la place.

 

           
La mais La fresque Cobaty vue des Halles

 

Créées en "trompe l’œil", les façades reprennent les éléments architecturaux de la place ainsi que son passé. Au centre, le rideau de scène des comédiens rappelle la Motte castrale, le Château et ses étangs ayant existé sur le site. Deniers et Barbarins (*) circulant sous Saint-Martial et Saint-Éloi, sont présentés sur le fronton de l’atelier frappant la monnaie.

 

         
Un joueur de jazz, une enfant de la balle, l'atelier de monnaie
Auguste Renoir et son modèle


Au premier étage, on trouve Auguste Renoir, né à Limoges, et son modèle tandis qu’à la croisée du troisième apparaît l’évocation du grand incendie de 1864. Limoges ancien mais aussi Limoges actuel avec ce jeune garçon qui symbolise avec sa casquette, l’épopée du basket ainsi que le festival du jazz.
(*) Barbarin : denier qui porte au resto le buste barbu de Saint Martial.

 

              
Rue de la boucherie-rue Gondinet      Statue de St-Aurélien devant la chapelle
 

Derrière les Halles
D’abord, on peut faire une petite incursion rue des Bouchers, rue symbolique de Limoges s’il en est, avec Saint-Aurélien et sa belle statue sur la petite place devant la chapelle puis en traversant la place, on va faire un tour par la rue piétonne Adrien Dubouché, avec un peu plus loin le musée du même nom (ou musée de la porcelaine) qui demande une bonne journée pour une visite complète.

 

         
Vues de la rue Adrien Dubouché
 

De forme quadrangulaire, la place d'Aine, située près de la place Winston Churchill, est séparée du jardin d'Orsay vaste promenade publique située à l’emplacement de l’amphithéâtre gallo-romain d’augustoritum, par le palais de justice.
 

         
Place d’Aine, Espace Raphaël 1904 et Palais de justice
 

Elle représente un carrefour directionnel important, jonction entre le boulevard Gambetta, qui la relie à la mairie de Limoges, le boulevard Victor Hugo, vers la place Denis Dussoubs, la rue des Arènes et les rues Darnet, Péconnet et D'Aguesseau, qui partent vers les Halles centrales.
 


La place d'Aine, vue générale
 

Le quartier de la mairie

Si la ville moderne s’étend au bas de la colline au-delà de la rue Jean Jaurès, elle se poursuit aussi du côté de la Vienne, dans un quartier qui est celui de la mairie. On peut y accéder par la rue Jean Jaurès et le boulevard Louis Blanc, laissant l'aquarium sur la droite avant d'arriver devant l'hôtel de ville.
 

         
L'aquarium de Limoges rue Haute-Vienne-Boulevard Gambetta
 

Le quartier, comme son nom l’indique, doit son nom à la mairie de Limoges, bâtiment de style néo Renaissance construit sur le modèle de la mairie de Paris, dans les années 1880. Elle est ornée, devant l'entrée centrale, d'une célèbre fontaine tout en porcelaine.
 

             
La mairie et la fontaine en porcelaine
 

Les seuls bâtiments anciens restants du quartier sont l'ancien séminaire des Ordinands et l'ancien quartier de cavalerie (maintenant Cité administrative Blanqui) et l'ancien hôpital où est implantée en partie la Bibliothèque BFM (Bibliothèque Francophone Multimédia).
 


La bibliothèque multimédia                              Maison diocésienne (ex séminaire)

Voir aussi
* Limoges, sculptures et articles --

----------------------------------------------------------
<< Christian Broussas • Limoges Centres © CJB  ° • 4/10/ 2020  >>
----------------------------------------------------------