Référence : Érik Orsenna,  "Cochons, Voyage aux pays du Vivant", avec la participation du Dr Isabelle de Saint Aubin, Petit précis de mondialisation, tome VI, éditions  Fayard/Stock, 408 pages, 2020
 

« Le cochon est un miroir formidable. » Érik Orsenna

 

           


Voilà le tome VI de sa série intitulée Petit précis de mondialisation et centrée cette fois-ci sur notre ami le cochon. Fidèle à sa méthode, Érik Orsenna prend prétexte le plus souvent d'un animal  ou d'un végétal pour analyser la façon dont a évolué son rôle tout au long de l'histoire.

Dans ce nouveau périple au cœur du vivant, le cochon animal si proche de l'homme, fait office de symbole dans les grandes manœuvres de la mondialisation. On rencontreront aussi beaucoup d'autres animaux qui ont leur intérêt et posent des questions fondamentales dans le domaine de la santé, en particulier les chameaux, les canards, les pieuvres, les chauves-souris, reine de l’immunologie, et autres pangolin.
 
.
                 
Petit précis de mondialisation : tomes III à V
 

Dans la course à la mondialisation, il ne faut pas oublier que la vie reposant sur les humains, les animaux et les plantes, est un tout. Eh oui, écrit Orsenna, la terre n'est pas peuplée que d'humains. Elle fonctionne comme une copropriété dans laquelle les intérêts sont différents.

Ce cochon en question, à la génétique très proche de la nôtre, possède bien des avantages et pas seulement sa viande, son corps où dit-on, "tout est bon", il nous donne aussi des valves pour soigner nos petits cœurs et même de l'insuline pour contre le diabète. Mais ce bon cochon est aussi victime de l'élevage industriel et des pollutions, vecteur parfois de maladies que cache son corps.
 
.
         

Petit précis de mondialisation : tomes I et II
.
Le cochon va ainsi nous entraîner de la Bretagne à la Chine, du roi Louis VI au Prix Nobel de médecine Jules Hoffmann, des "Métamorphoses" d’Ovide aux prédictions de George Orwell... ainsi que quelques virus qui sont aussi des êtres vivants.

« J'aime comprendre, je suis un élève perpétuel. »

Dans une interview réalisée en 2020, Érik Orsenna dit que trois questions lui semblent essentielles. D’abord le dérèglement de la planète dépassée par le rythme de la croissance. Ensuite l’augmentation des inégalités et l'absence, une moitié de l'humanité privée d’espérance, ce qui engendre la violence. Enfin, les critiques du système et de la vérité. Trois menaces cumulatives. Il conclut en précisant : « Quand on ne croit plus au savoir, on ne croit plus aux menaces qui pèsent sur la planète et on ne croit plus non plus que l'inégalité est profondément mauvaise et que ça tue l'espérance. Nous sommes dans une spirale qui peut être dangereuse. »

 

 

Érik Orsenna : Petit précis de mondialisation
 
* Tome VI : Cochons, Voyage aux pays du Vivant;
* Tome V : Désir de villes;
* Tome IV : Géopolitique du moustique;
* Tome III :
Sur la route du papier;
* Tome II : L'avenir de l'eau;
* Tome I : Le pays du coton; (voir Orsenna et son œuvre)

---------------------------------------------------------
<< Christian Broussas • Orsenna Cochons © CJB  ° • 29/09/ 2020  >>
---------------------------------------------------------