Les écrivains et leurs maisons en région Centre/Val de Loire

 

Cette région est particulièrement bien dotée en itinéraires et superbes maisons d’écrivains, en particulier les départements de l’Indre-et-Loire, du Loir-et-Cher et du Loiret . Suivez-moi pour un petit parcours littéraire.

 

Commençons du côté de Chartres, vers Épuisay, avec le manoir de Bonaventure à Mazangé cher à Alfred de Musset (1810-1857). L’enfant terrible du romantisme y passa souvent ses vacances dans sa jeunesse. Il suffit de parcourir quelques kilomètres pour découvrir un autre manoir, celui de La Possonnière, à Couture-sur- Loir, pour entrer dans la maison natale de Pierre de Ronsard (1524-1585). On peut y admirer les jardins, la cour intérieure et le corps de logis entièrement restaurés. La forêt de Gastines, qu’il célébra dans Amours de Cassandre en 1552, est toute proche :

 

      « Sainte Gâtine, ô douce secrétaire
       De mes ennuis, qui répond en ton bois,
       Ores en hautes ores en basse voix,
       Aux longs soupirs que mon cœur ne peut taire… »

Près de Tours, à La Riche, se trouve le prieuré de Saint-Cosme que Ronsard, devenu célèbre poète de cour, habita jusqu’à sa mort.

 

 
Manoir de Mazangé, Loir-et-Cher                  Manoir de La Possonnière, Loir-et-Cher

 

De là, partons sur les bords de l’Indre, où se passe son roman Le lys dans la vallée,  pour visiter le musée de Saché consacré à Honoré de Balzac (1799-1850) qui y séjourna entre 1823 et 1837. En 1833, il écrit ainsi à sa chère madame Hanska : « Saché est un débris de château sur l’Indre dans une des plus délicieuse vallées de Touraine. Son propriétaire  m’a fait jadis sauter sur ses genoux… Je vais toujours méditer là quelque ouvrage sérieux. Le ciel y est pur, les chênes si beaux, le calme si vaste… »

 

http://p3.storage.canalblog.com/36/40/1080897/114299617.png    http://p3.storage.canalblog.com/37/18/1080897/114299618.png
Château de Saché, Indre-et-Loire   La Devinière, Indre-et-Loire

 

Autre enfant du pays : François Rabelais (1494-1553) et sa maison natale de Seuilly près de Chinon, La Devinière avec son toit d’ardoise et sa célèbre cheminée "Grandgousier". Dans Gargantua, les buveurs évoquent le cépage qu’on y cultivait alors, un pinot blanc, « c’est de la Devinière, un vin pineau » précisent-ils. Plus à l’est, on roule en direction du village de Descartes où se situe la maison natale du célèbre philosophe qui y fut élevé par sa grand-mère jusqu’à son départ pour le collège de Jésuites de La Flèche.

 

Plus au sud, le musée d’Ingrandes vers Le Blanc est consacré au romancier-voyageur Henri de Monfreid. Il y a vécu les 27 dernières années de sa vie et le musée retrace les péripéties de son périple africain à l’aide de reportages et de montages audio-visuels.

         
Musée d’Ingrandes, Indre                        Musée-école d’Épineuil-le-Fleuriel, Cher

 

Vers Saint-Amand Montrond se situe le musée-école de d’Épineuil-le-Fleuriel, (nommé Sainte-Agathe dans le roman) « cette demeure où s’écoulèrent les jours les plus tourmentés de ma vie » qui évoque Le Grand Meaulnes (1886-1914), le célèbre roman d’Alain-Fournier qui devait être fauché par la mort au début de la Grande Guerre.


Sa sœur Isabelle Rivière a précisé que dans ce roman, « tout est réel et on peut visiter à pieds 31 chapitres du livre, soit à l’école, soit autour de l’école. » Un autre musée au nord de Bourges, à La Chapelle d’Angillon,  est consacré à Alain-Fournier lui-même et à son beau-frère, l’écrivain Jacques Rivière.

 

Un peu plus au nord, c’est Maurice Genevoix (1890-1980) qui nous reçoit. D’abord dans le Loiret, le pays de son enfance à Chateauneuf-sur-Loire puis à la fin de sa vie aux Vernelles à Saint-Denis-de-l’Hôtel où s’était installé l’auteur de Raboliot. « En vérité, écrit-il dans sa biographie Trente mille jours, les Vernelles mêmes, c’était encore Châteauneuf, comme une sublimation rustique de tout ce qui m’avait peu à peu lié au Chastaing, à l’Herbe verte… à tous ces sites et ces lieux-dits qui jusqu’alors et de jour à jour m’avaient doucement envahi. […] (Mes pas) allaient de jour à jour, et quels qu’aient été mes chemins, me ramener vers les Vernelles. C’est ma maison, mon jardin, mon pays, tous les horizons de ma vie. »

 

On peut boucler notre itinéraire par un petit crochet vers le château du Bignon-Mirabeau où le poète Patrice de La Tour du Pin (1911-1975) a passé plusieurs années de sa vie et où il a écrit :
       « Regains… Je vais pouvoir nager dans le vert tendre,
       Des prairies, le fouillis des odeurs végétales,
       Et lécher la rosée à même les pétales…
       Regains… ne pas s’abandonner mais tout comprendre. »

       (La quête de la joie)

Le jardin, recréé en 2010, représente le reflet symbolique de son œuvre.

      
Château de Bignon-Mirabeau, Loiret       Les venelles, St-Denis-de-L’Hôtel, Loiret

 

Notes et références
* Voir aussi le site de la fédération nationale des maisons d’écrivains et des patrimoines littéraires, Voyages littéraires –ainsi que la fiche-voyage sur La route du Grand Meaulnes

 

Synthèse des maisons d’écrivains :
- Manoir de Bonaventure 41 100 Mazangé (Musset)
- Manoir de La Possonnière 41 800 Couture-s/Loir et Prieuré de Saint-Cosme 37 520 La Riche (Ronsard)
- Château de Saché 37 190 Saché (Balzac)
- Musée de La Devinière 37 500 Seuilly (Rabelais)
- Musée René-Descartes 37 160 Descartes
- Musée Henri-de-Monfreid 36 300 Ingrandes (Monfreid)
- L’École du Grand Meaulnes 18 360 Épineuil-le-Floriel et le Musée Alain-Fournier/Jacques Rivière 18 380 La Chapelle d’Angillon (Alain-Fournier)
- Maison Maurice Genevoix place du cloître 45 550 St-Denis-de-L’Hôtel (Genevoix)
- Château de Bignon-Mirabeau 45 210 Bignon-Mirabeau (De La Tour du Pin)

 

Voir aussi
* Centre Charles Péguy, (hôtel Euverte Hatte), Orléans (45)
* Domaine de George Sand, Nohant (36) et musée George Sand, La Châtre (36)

* Maison Max Jacob, Saint-Benoît s/Loire (45)

 

Autres liens
* Pour accéder à mes Autres sites et pour un rappel des Nouveautés --

<< Christian Broussas – Val de Loire,  17/01/2017 < • © cjb © • >>